09/11/2017

Lettre de suivi de l'actualité politique

Voici en pièce jointe la lettre de suivi de l'actualité politique

Lettre suivi de l'actualité politique n 15_Vdef8 nov 2017_vdefdoc.doc

25/10/2017

NOUVEAU BUREAU DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE L’APF

 Le nouveau conseil d’administration de l’APF s’est installé ce samedi 21 octobre 2017, suite aux élections du CA.

Trois nouveaux administrateurs y siégeaient : Fiammetta Basuyau, Philippe Botton, Hervé Delacroix.

Le conseil d’administration a tout d’abord coopté Marion Legac après un vote des membres du CA entre plusieurs candidats proposés par les administrateurs. Cette cooptation fait suite au décès de Gérard Pic, voici quelques mois. Marion Legac est membre de la commission nationale de la politique de la jeunesse et habite dans la Manche (Normandie).

Ensuite, le conseil d’administration a élu son bureau, dont voici la nouvelle composition :

  •  Président : Alain Rochon
  •  Vice-Présidents : Jean-Marie Coll, Jacky Decobert, Jacques Zeitoun
  •  Trésorier : Jean-Manuel Hergas
  •  Trésorier adjoint : Morgan Lifante
  •  Secrétaire : Pascale Ribes
  •  Secrétaire adjoint : Serge Mabally

Composition du Conseil d'Administration :

Nouveau bureau-CA APF_circulaire_liste_01.jpg

18/09/2017

Jeux olympiques et paralympiques 2024 à Paris

 

Paris2024.jpg

L’APF tient à saluer l’attribution des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à la ville de Paris. Ces jeux sont une formidable opportunité de développement pour l’ensemble du pays avec des impacts économiques, sociaux, sociétaux et territoriaux pour tous.

 L’APF attend de ces jeux qu’ils soient une formidable opportunité d’accélération dans la prise en compte des attentes des personnes en situation de handicap, en Ile-de-France notamment, mais aussi sur tous les sites qui accueilleront des épreuves.

Au-delà des milliers de personnes en situation de handicap qui viendront du monde entier pour assister aux différentes épreuves de ces jeux, ce sont plus de 4 000 athlètes en situation de handicap que Paris accueillera pour les Jeux paralympiques.

Pour consulter le document complet : 1336665407.pdf

Comité interministériel du handicap

Politique-handicap_V2.jpg

Ce mercredi 20 septembre a lieu le premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat Macron. L’APF salue la tenue de ce Comité alors que le président de la République et le Premier ministre ont déclaré que le handicap serait une priorité du quinquennat. La nomination d’une Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, démontre la volonté d’une approche inclusive et transversale de cette question qui concerne 12 millions de Français∙e∙s.

L’APF attend de ce rendez-vous que le gouvernement dévoile la « feuille de route » de sa politique du handicap pour les 5 années à venir. Elle souhaite notamment que soient levées les inquiétudes des personnes en situation de handicap et de leurs familles suite aux premières orientations du gouvernement qui les impactent directement : diminution des contrats aidés ; baisse des APL ; baisse des dotations aux collectivités territoriales, ainsi que les positions publiques du président de la République sur un allègement des normes, dans les logements, au détriment des droits fondamentaux des personnes en situation de handicap.

 

Pour consulter le document complet : 3790895474.pdf

"Mouv'APF" samedi 30 septembre à Auxerre

Affiche Auxerrexpo_01.jpg

Contact : 03 80 68 24 10

06/09/2017

La pauvreté des personnes en situation de handicap à l’ONU

L’APF participe au Forum politique de haut niveau sur le développement durable réuni à l’ONU, du 10 au 19 juillet, sur le thème de « l’Eradication de la pauvreté et la promotion de la prospérité dans un monde en mutation ».

Pour la première fois, la pauvreté des personnes en situation de handicap sera prise en compte. L’APF défendra les droits des personnes en situation de handicap vivants dans la précarité, avec un objectif de « Zéro personne en situation de handicap sous le seuil de pauvreté ».

Une contribution internationale s’appuyant sur les objectifs de développement durable fixés à l’Agenda 2030 et la convention internationale des droits des personnes handicapées, élaborée par plus de 272 organisations, dont l’APF, sera dévoilée. Elle a pour objectif d’influer sur les politiques nationales en matière de handicap afin de garantir une vie décente et digne à toutes les personnes en situation de handicap.

Si l’annonce faite, le 4 juillet, par le Premier ministre d’une revalorisation de l’AAH pour 2018 – sans préciser le montant – va dans le bon sens, cette mesure nécessite d’être complétée par un plan plus large de lutte contre la pauvreté, portant sur l’ensemble des difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap tel que le met en perspective ce Forum politique de haut niveau sur le développement durable.

 

Plus d’un milliard de personnes sont en situation de handicap dans le Monde, selon l’OMS et la banque mondiale, et 80% d’entre elles vivent dans la pauvreté. Elles doivent faire face à une situation d’exclusion généralisée de tous les domaines de la vie : au niveau économique, politique, social, civil et culturel, incluant le travail, l’éducation et l’accès aux soins. Pour mettre fin à cette situation inacceptable, il existe plusieurs leviers, dont l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable dont l’un d’eux vise directement l’élimination de la pauvreté. La France figure au rang des 193 pays qui ont adopté l’Agenda 2030. 

A l’occasion de son discours de politique générale, le Premier ministre a annoncé une revalorisation de l’AAH pour 2018, sans en préciser le montant (le président de la République, lors de la campagne pour l’élection présidentielle, s’était engagé pour une revalorisation de 100 €). Cette mesure va dans le bon sens même si elle reste insuffisante tant par le montant (avec 100 € d’augmentation, les bénéficiaires de l’AAH resteront sous le seuil de pauvreté) que par le fait qu’un certain nombre de personnes en situation de handicap qui ne peuvent pas travailler en raison de leur handicap ou de leur maladie, notamment les bénéficiaires de pension d’invalidité, sont exclues de cette mesure.